Publié le

À vos tablettes et téléphones portables…

Un certificat émis par un organisme reconnu, a une date d’expiration qui varie entre 2 et 3 ans de sa date de délivrance.  Il est important de renouveler son certificat, avant la date d’échéance, sinon vous pourriez être obligés de refaire la formation complète. Dans certains cas, il s’agit d’une formation de deux (2) jours, renouvelable en une (1) journée.

Avec les nouvelles technologies, tablettes, téléphones portables, etc., il est possible de mettre un rappel pour la fin de votre certificat. Nous vous suggérons d’indiquer un rappel au moins trois (3) mois avant la date d’échéance, et ce, afin de vous permettre de trouver une formation qui répond à vos besoins et à votre emploi du temps.

Publié le

Le défibrillateur externe automatisé… démystifié

Le défibrillateur externe automatisé… démystifié

Lors d’un arrêt cardiaque subi, le cœur s’emballe et c’est ce qu’on appelle la fibrillation cardiaque. Il s’agit d’un mouvement électrique sans pouls.

Chez l’adulte, le cœur bat normalement entre 60 et 80 fois par minute. Lorsqu’en fibrillation, il aura un rythme pouvant atteindre 250 à 300 battements/minute. Le pouls devient donc  imperceptible.

Pour cette raison, depuis 2010, les lignes directrices en matière de réanimation cardiorespiratoire ont retiré la prise de pouls lors de la vérification des signes vitaux chez une personne inconsciente, et ce, dans le cadre des formations au grand public.

Le défibrillateur externe automatisé, lorsque mis en place sur la poitrine nue de la personne en arrêt cardiorespiratoire, analysera le rythme cardiaque et indiquera au secouriste d’administrer, ou non, un choc électrique. Ce choc cessera l’activité chaotique du cœur avec l’espoir de rétablir le rythme normal.  Si la personne n’a pas réaction, on vous indiquera de continuer la réanimation cardiorespiratoire jusqu’à la prochaine analyse du défibrillateur, soit à chaque 2 minutes. Tout le monde peut utiliser le défibrillateur, il vous indiquera quoi faire étape par étape. N’hésitez surtout pas à vous en servir, c’est l’outil qui pourra faire la différence!

Vous désirez en savoir plus sur la réanimation cardiorespiratoire, l’utilisation d’un défibrillateur externe automatisé ou les premiers soins, communiquez avec nous sans tarder.  Venez nous saluer au kiosque 124 du Salon Carrefour 50+ du 21 au 23 avril prochain, au Palais des congrès de Montréal. L’entrée est gratuite.

Publié le

Il fait froid….

Les activités hivernales doivent être pratiquées avec précaution afin d’éviter les gelures et l’hypothermie.

Les précautions de base sont de porter les vêtements appropriés aux activités que vous pratiquez, utiliser des vêtements aux fibres serrées, comme la laine ou faits de fibres synthétiques qui n’absorbent par l’humidité. Évitez le coton!

Les gelures sont occasionnées par un manque de circulation, souvent aux extrémités des membres, comme les doigts et les orteils. On peut également les voir apparaître sur toute partie du corps exposée au froid intense, comme les joues, le nez et les oreilles.

Comment reconnait-on les gelures? La peau est rougie et blanche. Dans les cas plus graves, les extrémités seront noircies.

Comment les traiter? Ne PAS frotter la région affectée. Les réchauffer graduellement avec la chaleur du corps ou, si possible, les faire tremper dans l’eau tiède, jusqu’au rétablissement de la circulation. Nous ne voulons pas réchauffer trop rapidement.

Pour ce qui est de l’hypothermie, il existe différents degrés d’hypothermie allant de légère à grave.  Il s’agit d’un trouble qui peut mettre la vie en danger.

Le frisson est la première réaction au froid de votre corps. Les lèvres bleues et les frissons vigoureux sont des signes d’hypothermie. Autres signes que nous pourrons observer sont la confusion ou comportement inhabituel, jugement altéré, manque de coordination, engourdissements.

Si la personne cesse de frissonner, de se plaindre du froid, a des sensations de raideur dans le corps, perd conscience, en plus des signes plus haut mentionnés, elle est victime d’hypothermie grave et doit être transportée à l’hôpital pour y être traitée, car elle pourrait cesser de respirer et ainsi, entraîner un arrêt cardiaque.

En attendant les services d’urgence, retirer la personne de l’environnement froid, retirer les vêtements mouillés, sécher la personne, la réchauffer graduellement en l’enveloppant dans des couvertures ou des vêtements secs. Si possible, placer des bouillottes sous les aisselles, à l’aine et sur la nuque.

Publié le

Mise à jour – Allerject®

Allerject
Laval (Québec) – le 2 décembre 2015 – À la suite du rappel volontaire effectué par Sanofi-aventis Canada Inc. (Sanofi Canada), le 28 octobre 2015, de tous les lots d’auto-injecteurs d’épinéphrine Allerject® de 0,15 mg/0,15 mL et de 0,30 mg/0,3 mL, et étant donné la récente annonce confirmant que l’inventaire des autres auto-injecteurs d’épinéphrine est maintenant suffisant pour remplacer tous les auto-injecteurs d’Allerject® au Canada, Sanofi Canada informe le grand public des mises à jour suivantes :

Il est demandé aux clients canadiens ayant en leur possession des auto-injecteurs Allerject® de les retourner sans délai à leur pharmacie locale.
Les recommandations précédentes limitant le nombre d’auto-injecteurs pouvant être échangés pour un autre auto-injecteur d’épinéphrine sont maintenant éliminées en raison de l’annonce confirmant qu’un auto-injecteur d’épinéphrine alternatif est désormais en quantité suffisante pour répondre à la demande.
Les patients pourront continuer d’obtenir le remplacement sans frais de tous les auto-injecteurs d’épinéphrine Allerject® qu’ils retourneront à la pharmacie et pour lesquels la date de péremption sera comprise entre octobre 2015 et décembre 2016, inclusivement.

Nous vous rappelons que Sanofi Canada a rappelé tous les auto-injecteurs d’Allerject®, car nous avons découvert que les dispositifs pouvaient potentiellement libérer une quantité inadéquate du médicament. Si un patient fait une grave réaction allergique (anaphylaxie) et ne reçoit pas la dose prévue, il pourrait avoir de graves problèmes de santé, et pourrait même en mourir parce que l’anaphylaxie est potentiellement mortelle.

Sanofi Canada maintient son engagement envers la sécurité des patients.

Nous communiquons de façon proactive avec les grossistes, les pharmaciens, le personnel soignant, les associations de patients et les hôpitaux pour les informer de ces nouveaux renseignements.

Allerject® (épinéphrine en injection) est utilisé pour traiter des réactions allergiques potentiellement mortelles (anaphylaxie) chez les personnes à risque ou qui ont des antécédents de réactions anaphylactiques. Tous les auto-injecteurs d’Allerject® font l’objet de ce rappel.

        

Pour toute question ou toute préoccupation au sujet du rappel volontaire, veuillez communiquer avec :

Le centre d’appel d’Allerject®, au 1-855-405-4321.

Tout effet indésirable qui pourrait être lié à l’utilisation de ces produits doit continuer d’être déclaré à l’un ou l’autre des endroits suivants :

Sanofi Canada
Téléphone : 1-855-405-4321
Santé Canada
Téléphone : 1-866-234-2345
Site Web de MedEffet Canada :
http://www.hc-sc.gc.ca/dhp-mps/medeff/report-declaration/index-fra.php

Source : www.sanofi.ca

Publié le

AIT, AVC

Deux acronymes qui signifient des situations urgentes, car ces deux conditions pourraient laisser les victimes avec de graves séquelles.

Effectivement, un AIT est un accident ischémique transitoire, ce qui représente un blocage partiel d’une artère au cerveau, privant ainsi temporairement les cellules d’oxygène. Cette condition se traduit par un manque de coordination, étourdissement, troubles de la parole, vision trouble.

Un AVC, de son côté, est un accident vasculaire cérébral, représenté par un blocage complet d’une artère au cerveau. Les signes et symptômes sont semblables à ceux de l’AIT mais sont de plus longue durée et les dommages plus importants.

Rappelez-vous de cet acronyme :

V         Visage 
I          Incapacité à lever les bras
T         Troubles de la parole
E         Extrême urgence

Le temps est un élément vital lors d’un AIT ou d’un AVC. Dès que vous percevez des signes et symptômes de l’AIT ou de l’AVC, n’hésitez surtout pas, COMPOSEZ le 911.

Publié le

La crise cardiaque

Les signes et symptômes d’une crise cardiaque

Une crise cardiaque survient lorsque le cœur ne peut pas s’oxygéner suffisamment en raison d’un blocage d’une des artères qui nourrit le muscle cardiaque.

Tout d’abord, faisons la distinction entre un signe et un symptôme.

Un signe est quelque chose que l’on peut observer, par exemple, la sueur abondante, la pâleur de la peau, les lèvres ou les doigts bleutés, le fait qu’une personne se tient la poitrine ou respire difficilement.

Un symptôme se traduit par ce que ressent la personne, par exemple, douleur à la mâchoire, au cou ou au dos, douleur abdominale, un serrement à la poitrine, engourdissement au bras gauche ou droit, étourdissements, nausées, fatigue.

Tous les signes et symptômes ne seront pas toujours présents lors d’une crise cardiaque, cela diffère d’une personne à l’autre. Si vous avez un doute, n’hésitez surtout pas à contacter le 911 ou le numéro d’urgence de votre région.

Voici les conseils d’usage si vous êtes témoin d’une personne qui présente ces signes et symptômes :

  • Demandez-lui de cesser toute activité et placez-la en position confortable
  • Aidez la personne à prendre ses médicaments, tel la nitroglycérine, qui se présente sous forme d’atomiseur ou de pillul et qui se place sous la langue, et/ou l’AAS (acide acétylsalicylique)
  • Contactez le 911 ou le numéro d’urgence de votre région
  • Répondez calmement aux questions que l’on vous posera
  • Si possible, préparez ses médicaments et sa carte d’assurance-maladie (les ambulanciers en auront besoin)
  • Restez auprès de la personne pour la rassurer